12.13.2012

Le club d'échecs

Je danse, je danse avec mes ombres et passent, passent les muses devant moi, les muses en survèt', à 20 ans déjà pleines, chassant l'alloc' et l'évènement, la lumière des flaques et les soirées ratées, regardant amoureusement grandir leurs écrans plats. Passent les nuits blanches, guidées par l'odeur du shit et par le goût de la défaite, intense, persistant, cru.
Je m'appelle Gabriel Cendré, et je suis un homme libre.
Je danse. Les oiseaux se lamentent et vagissent dans le très haut du ciel, Rihanna glapit, et tire sur la manche d'un producteur: - excuse-moi, mec... euh... t'aurais pas une pièce pour un single ?
Bien sûr tout ceci reste entre nous. J'ai déjà du mal à travailler le langage de la rue, à surveiller ma nonchalance, à cracher comme un pauvre... croyez-moi si je vous dis que détruire des rétros c'est mal, que je regrette d'avoir volé des vélos dans les caves, la nuit, que braquer des magasins à 2h du mat' ne mène à rien, ou, au mieux, chez les shmidts.
Croyez-moi. Je veux juste vivre libre, j'ai lu Bukowski, j'ai lu Fante, j'ai lu Céline et des magasines de moto, même si je me contrefous des motos. Et de Céline. Moi qui suis nez avec une cuillère d'argent dans la bouche, je veux désormais pourrir avec un canapé en skaï dans le rectum.
Renifler l'odeur de la friture.
Manger pas cher et très gras.
Si j'ai un fils un jour, le laisser regarder la télé jusqu'à pas d'heure, et jouer avec lui lorsque je serai bourré, et l'engueuler pour un rien, au hasard, pour me sentir fort, et lui répondre des trucs du genre: tu comprendras plus tard, élidant ainsi toute tentative de transmission père-fils.
Vrai, j'ai trop souffert, dans mon adolescence, d'être riche et heureux, d'avoir des parents formidables, même pas divorcés. Je m'étais même inscrit au club d'échec pour me sentir moins seul entre midi et deux
Je jure devant Dieu que je serai un bon prolo, et que mon fils souffrira assez pour s'intégrer.
Alors je danse, je danse avec mes ombres, je cause moto, bois, fume du zeutla devant des séries américaines, casse des rétros, vole des bouteilles et m'ennuie à la perfection.
Et bientôt, pour fêter mes 29 ans, j'irai dormir sous un pont.
- Je me languis déjà de l'odeur de la pisse, et du froid qui saura me rendre vivant...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire