12.14.2012

Cathy-souris



Cathy-souris (paraît-il) n’existe pas, ou presque ; on la voit parfois, le soir ou très tôt le matin, traînant son caddie dont nul n’a jamais vu l’intérieur.
Dans son manteau gris, sous ses cheveux gris, Cathy-souris semble ruminer en permanence, la tête basse, la gorge et le menton recouverts d’un foulard sans couleur. On peut, bien sûr, se demander qui, du trottoir ou d’elle, marche sur l’autre. Comme si le sol voulait l’écraser contre le ciel, comme si la pluie trouvait sa source dans le béton béant, et jaillissait sous les semelles en caoutchouc de Cathy-souris, sous le corps courbe de Cathy-souris, dont nul n’a jamais vu l’intérieur.

Et pourtant.
Il se trouve qu’à l’époque, Cathy-souris était connue sous le nom de Gris-poussière, et Gris-poussière était une star (relative) dans le milieu du hip-hop underground. Notamment à Los-Angeles, du temps où Los-Angeles s’appelait encore Los Angeles.
Elle arrivait, posait, puis repartait en jouant des coudes ( et ça en jetait pas mal, il faut l'avouer.) 
Et puis elle disparut (paraît-il) de la scène. Du jour au lendemain.
Paraît-il également qu’elle retrouva son vrai blaze (selon certaines sources), et que ce nom était Cathy-souris. Retrouver son nom de naissance, dans le milieu du hip-hop, signifie rendre les armes, quitter son nom de scène, son personnage, et retrouver son âme.

Je l’ai recroisé un jour, je crois, il y a quelques années, alors que je zonais à la terrasse d’un salon de thé. L’ai reconnu mais, comme d’habitude, je n’ai pas osé aller vers elle. Elle était vieille (moi aussi), grise, puait le gris, vieille et courbe, vaincue, triste, et traînait son cabas comme on traîne son ombre portée. Était devenue l’inverse de la gloire.
Et à présent que je me lève tôt, me rase, et mange à heure fixe, je me dis que la vie est sans pitié pour ceux qui veulent en prendre le contrôle, et jouir d’elle à chaque instant.
Tout s’inverse, les pôles s’inversent, et peu à peu apparaît la doublure de ses rêves, les ficelles du bonheur, ou de la gloire, et il n’y a plus, nowhere, de surprises, le cœur bat par habitude et l’espoir, noyé dans les flaques fait floc floc, hem, one two one two,  fait flic flac sous les semelles de toutes les Cathy-souris du  monde, les Gris-poussière, Les Gris-souris ou encore Cathy-poussière, dont(paraît-il) nul

n’est jamais revenu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire